Accueil · Actualités · Postdoctorant ISblue : Léopold Ghinter étudie le métabolisme des juvéniles de bar européen dans leur environnement naturel

Postdoctorant ISblue : Léopold Ghinter étudie le métabolisme des juvéniles de bar européen dans leur environnement naturel

Léopold Ghinter se consacre à l’étude de l’écophysiologie des poissons, en focalisant principalement sur l’impact de l’environnement sur leurs traits d’histoire de vie. Dans un contexte de changement climatique et d’intensification des pressions humaines, les poissons font face à des stress environnementaux croissants et doivent s’adapter à un milieu en perpétuelle évolution.

Dans le cadre du projet RESPI au LEMAR, Léopold Ghinter (postdoc ISblue 2023-2025) s’intéresse particulièrement aux capacités métaboliques des juvéniles de bar européen dans leurs environnements naturels, c’est-à-dire leurs nourriceries, des habitats cruciaux pour le recrutement des populations de poissons et la préservation de la biodiversité.

Léopold revient de mission à l’aber de Crozon dont l’objectif était de mesurer les taux métaboliques des juvéniles de bar européen sauvage dans leur environnement naturel, c’est à dire directement en nourricerie.

« Il s’agit d’une mission « test » afin de vérifier la fonctionnalité de machines Canadiennes conçut par le chercheur partenaire du projet RESPI, David Deslauriers : les respiromètres de terrain. Ces machines permettent de mesurer les consommations d’oxygène des juvéniles, c’est à dire leurs respirations ou taux métaboliques.

Ces données nous permettent d’évaluer les réponses du métabolismes des juvéniles sauvages de bars européens face à un environnement changeant, directement dans la nature. Une première en Europe qui nous permettra de mesurer si l’intégrité/qualité des nourriceries estuariennes des juvéniles de poissons est menacée dans le contexte actuel des changements climatiques et d’augmentation et intensifications des vagues de chaleurs.

Les premières données sont très prometteuses car nous observons de nettes variations des taux métaboliques en relation avec des températures qui varient fortement . Des amplitudes journalières allant de 16°C à plus de 24°C dès le mois de mai ! De plus la salinité varie de 4 PSU à 30 PSU.

Suite au succès de la mission « test », un véritable échantillonnage est prévu. Les taux métaboliques d’une trentaine de juvéniles seront mesurés durant la période des plus fortes chaleurs estivales, en août-septembre. »

Parcours :

Léopol Ghinter est en Postdoc ISblue pour les laboratoires LEMAR (PHYTNESS) et DECOD (HALGO).

Après avoir obtenu sa licence et son master à Rennes et à La Rochelle, il a réalisé son doctorat au Canada (2016-2020) à l’Institut des Sciences de la Mer de Rimouski, sous la supervision de Céline Audet et Yvan Lambert, sur l’écophysiologie du flétan du Groenland.

Après son doctorat, il a effectué divers contrats de recherche (chargé de mission, postdoctorat, professionnel de recherche) au Canada en 2021 puis a poursuivi un postdoctorat à l’Université du Québec à Rimouski avec le Dr Pierre Blier.

Plus d’informations :

Léopold GHINTER